Agression sexuelleConsentementIdées reçues VS réalitéInégalités salarialesMenstruationsOrgasmeSexualitéViolViolences sexuelles

Ici, on déconstruit les propos sexistes, homophobes, grossophobes … On apporte une réponse claire et rapide à toutes ces injonctions que subissent les minorités au quotidien.

Sorcière, ta mère dénonce ces propos (idées reçues).

 

Idées reçues sur le consentement, le smic, les orgasmes et les règles

 

 

Idée reçue n°1 : le consentement, non ça peut vouloir dire oui

La réalité : la base du consentement, c’est de demander à sa/son/ses partenaires sexuel.le.s s’ils ont envie d’un rapport sexuel. Ne pas demander, c’est risquer de violer une personne. Prendre un non pour un oui, c’est un viol.

 

Idée reçue n°2 : « Quand on est au SMIC, on ne devrait peut-être pas divorcer »

La réalité : on divorce quand on le souhaite, peu importe notre condition. Mais ce que l’on veut par dessus tout, c’est ne plus être au smic ou moins payée parce que l’on est une femme. Et n’oublions pas que de nombreuses femmes sont obligées de rester dans des situations de couple très inconfortables, parfois dangereuses, parce qu’elles ont un travail précaire. Cette précarité au travail est bien souvent liée à leur sexe : 70% des travailleur.euse.s pauvres sont des femmes (selon le Conseil Economique Social et Environnemental, CESE).

 

Idée reçue n°3 : « Il y a deux types d’orgasmes chez la femme, un clitoridien et un vaginal »

La réalité : le clivage orgasme clitoridien VS orgasme vaginal est un mythe. Les femmes peuvent avoir des orgasmes tant par stimulation interne qu’externe du clitoris. Le clitoris ne se limite pas qu’à son gland (la partie externe du clitoris, celle que l’on voit). Il a aussi deux « grandes jambes » qui entourent le vagin – que l’on ne voit pas mais qui sont bien là – et qui se gonflent lorsqu’on est excitée : grâce aux deux jambes du clito, il peut donc y avoir jouissance lors d’une pénétration vaginale, mais celle-ci n’est pas liée qu’à la pénétration et bien à la stimulation du clitoris « interne ». On n’est donc pas « clitoridienne » OU « vaginale ».

 

Idée reçue n°4 : « Quand une femme est énervée, c’est qu’elle a ses règles »

La réalité : non non, on a plein d’autres raisons d’être énervées face à toutes les injustices que l’on subit, précarité au travail, charge mentale et parentale, injonction à la maternité, à la minceur … On continue ?

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

Poster commentaire